L’intersyndicale retraités 78 s’adresse au Conseil départemental et au CDCA

Le 8 juin 2020, les organisations de retraités yvelinoises CGT, FGR, FSU, LSR et Solidaires sont sont adressées à Monsieur Le Président du Conseil départemental des Yvelines et à Madame Marie-Hélène AUBERT, Présidente du CDCA, dans la lettre ci-dessous.


Monsieur le Président, Madame la Présidente,
Nos organisations de retraité.es CGT, FSU, FGR-FP, LSR, Solidaires vous expriment leurs plus vives inquiétudes concernant les conséquences de la crise sanitaire liée à l’épidémie du COVID-19.
Depuis plusieurs mois, les personnes âgées sont particulièrement exposées aux ravages de la pandémie. Cependant, il aura fallu attendre plusieurs semaines avant que ne débute un recensement dans les EHPAD, laissant les familles seules et désemparées, sans information fiable, au moment où il n’était plus possible de rendre visite à ses proches. Par ailleurs, nous n’avons pas connaissance d’un recensement départemental, hors EHPAD, pour la tranche d’âge des retraité.es.


Dans les Yvelines, le bilan humain s’annonce très lourd : selon l’enquête de l’ARS au 27 mai, le nombre de décès de résidents en EHPAD s’élevait à cette date à 569. Nous savons qu’il y a eu de véritables hécatombes dans certains de ces établissements. Il faut ajouter à ce chiffre, les décès à l’hôpital (hors résidents EHPAD), pour lesquels nous ne disposons que de chiffres globaux à l’échelle de la Région, mais qui indiquent néanmoins que les personnes âgées de 60 à 79 ans représentent 39% des décès, les personnes âgées de 80 ans et au-delà en représentant 52%. Et combien de décès à domicile non comptabilisés ?
Ces premiers éléments chiffrés partiels traduisent une surmortalité alarmante des personnes retraité.es. Nous demandons qu’un bilan exhaustif soit réalisé dans notre département, et qu’il soit communiqué en toute transparence.
La tragédie que nous vivons impose aussi de tirer tous les enseignements de choix politiques à courte vue qui ont gravement affaibli l’hôpital public et notre système de protection sociale. Nous payons très cher la pénurie de masques et de tests durant de longues semaines, lesquels étaient pourtant décisifs pour contrer la propagation galopante du virus. Les plus fragiles d’entre nous ont subi les conséquences de la fermeture de lits d’hôpitaux et de manque de personnels qui ont pu conduire à « trier » les patients selon des « priorités ».
La longue période de confinement, puis de déconfinement progressif, a été très difficile pour nombre de personnes âgées dépendantes à domicile, avec des intervenants inégalement et moins présents (auxiliaires de vie, personnel médical, aidants familiaux …). Un récent rapport des Petits Frères des Pauvres pointe le profond isolement vécu par nombre d’entre elles, et son impact négatif sur la santé morale et physique. Si la solidarité s’est organisée, beaucoup n’ont pas reçu l’aide dont elles avaient besoin. Les inégalités ont été exacerbées : logement, accès aux soins, déplacements, fracture numérique … Dans un département fortement contrasté sociologiquement, le CDCA doit mener une réflexion sur les réponses à y apporter, en y associant véritablement les représentants des organisations de retraité.es.


Pour répondre aux besoins de santé et améliorer les conditions de vie des retraité.es, des personnes vulnérables ou dans le grand âge, nous demandons :
– la gratuité des masques (mesure sanitaire et sociale) obligatoires dans les transports et indispensables dans les lieux fréquentés.
– le recrutement massif de personnels de santé, médico-social et d’aide à la personne, qualifiés et correctement rémunérés (hôpitaux, EHPAD, structures d’accueil et de soins, de maintien à domicile). Le financement en serait possible par une fiscalité plus juste et plus solidaire.
– la création d’EHPAD publics, accessibles à tous : dans les Yvelines, 83% des EHPAD sont privés avec un coût médian d’hébergement prohibitif de 3 200 €, ne garantissant nullement une sécurité accrue pour les résidents et leurs familles.
– une réflexion globale sur les modalités de prise en charge des personnes âgées ouvrant des alternatives au maintien à domicile ou au placement en EHPAD.
– l’adoption, sans cesse reportée, de la loi « Grand âge » créant un Service public pour la prise en charge de la perte d’autonomie, que ce soit au domicile ou en établissement, financé à 100% par la Sécurité sociale.
– des services publics de qualité et accessibles à tous sur l’ensemble du territoire des Yvelines.


Dans une note adressée le 4 mai aux membres du CDCA, des informations générales nous ont été données sur la « Gestion du COVID 19 » dans le département. Lors de la séance plénière du CDCA du 23 juin, nous demandons un bilan précis de ces mesures, et au-delà de l’information nécessaire, nous attendons que le CDCA remplisse pleinement sa mission d’échange et de réflexion avec les représentants des organisations de retraité.es, en intégrant à son ordre du jour (toujours inconnu à ce jour) les points soulevés dans notre courrier.


Veuillez agréer, Monsieur le Président des Yvelines, Madame la Présidente du CDCA, l’expression de notre attachement aux valeurs républicaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *